HC AJOIE : PATRICK HAUERT VINGT ANNEES DE PRESIDENCE A LA TETE DU HCA

Trente ans d’expérience et vingt ans de présidence.

C’est en 1989 que Patrick Hauert intègre le comité directeur du HC Ajoie en tant que responsable du sponsoring. En tant que membre du comité, ce chef d’entreprise connaîtra les deux montées du club en ligue nationale A, mais également les deux relégations qui vont en découler. La dernière ascension en ligue nationale A du HCA aura, malheureusement, des conséquences drastiques sur l’avenir du club.

En 1991, le HC Ajoie connaît des problèmes financiers et sportifs. Le comité directeur tente de sauver les meubles et organise la manifestation « HCA j’y crois » afin de pallier aux problèmes d’argent et sauver le club d’une mise en faillite. Malgré les solutions trouvées pour assainir les finances, le club a bien du mal à relever la tête et se voit même relégué en première ligue par deux fois. En succédant à René Gigon à la présidence, Patrick Hauert endosse la double casquette de directeur d’entreprise et de président du HC Ajoie. Prêt à relever le défi, il inculque une nouvelle identité au club et fixe des nouveaux objectifs. Il connaît son premier succès dès la première année de son mandat puisque le HC Ajoie fête cette année-là son retour en ligue nationale B.

En 20 ans de présidence et près de 30 ans au sein du club, Patrick Hauert sera passé par toutes les émotions. Promotion et relégation, titre de champion suisse en Swiss League et dernièrement la victoire en finale de la Swiss Cup. Voici donc un retour sur ses vingt années passées à la tête d’un club actuellement véritable fer de lance du sport jurassien.

Retour en ligue nationale B.

Comme déjà mentionné, le début du mandat du président Hauert rime avec une ascension en ligue nationale B. Un retour tant attendu par les supporters ajoulots. Alors entraîné par Merlin Malinowski le HC Ajoie trouve les moyens de s’assurer une participation aux play-offs à son retour à l’échelon supérieur.

Emmené par le duo Martin Bergeron et Chris Bélanger, le HCA fait belle figure pour son retour, mais se verra éliminé en quart de finale. Les jeunes du cru font partie de la recette gagnante comme se sera souvent le cas sous la présidence de Patrick Hauert. Yann Voillat, Steven Barras, Ludovic Aubry, Réal Gerber ou encore Jean-Charles Lapaire se voient donner l’opportunité d’évolué au sein de la première équipe de leur club formateur. Comme il l’a souvent affirmé, un des objectifs du club reste bien la formation des jeunes talents de la région tout en leur offrant un maximum de temps de glace. C’est lors de la saison 2000-2001 que son fils Jordane intégrera l’effectif de la première équipe et certainement un bel honneur pour un président que de voir sa progéniture évoluer sous le chandail jaune et noir.

Par la suite, le HC Ajoie connaîtra 4 saisons avec des résultats pour le moins constants avant de connaître une première déconvenue lors de la saison 2004-2005.

La fameuse saison du lock-out.

Saison 2004-2005, le HC Ajoie connait une saison de misère et ne parvient pas à se qualifier pour les play-offs et se retrouve à croiser le fer avec le EHC Olten pour se maintenir en LNB. Cette saison rime également avec grève du côté de la NHL. A court de solution, le comité directeur du club décide de limoger son entraîneur Pierre Vachon et donne les rênes de l’équipe à l’expérimenté Paul-André Cadieux.

Profitant de la grève outre-Atlantique, le HCA s’assure des services de Pierre Dagenais et de Pascal Dupuis pour la fin de la saison régulière et les play-outs. À eux seuls, les deux québécois sauvent le HC Ajoie d’une nouvelle relégation. Une chose est sûre le club tirera de bonnes leçons de cet épisode dans le futur, mais je pense que le président a eu des sueurs froides à plusieurs reprises durant cette saison. Les pieds sur terre, le président ne changera pas son fusil d’épaule et ne cédera pas à la panique. Malgré un nouvel échec la saison suivante, le HC Ajoie allait par la suite trouver de la constance et connaître beaucoup plus de succès les années suivantes.

h(source : http://www.rfj.ch / Stéphane Roy ancien capitaine et artisan du succès du HCA)

Un duo de choc.

Après quelques erreurs de casting concernant les mercenaires, le club ajoulot allait enfin trouver la bonne pioche en s’offrant les services de Stéphane Roy et de James Desmarais. Les deux québécois auront emmené le HCA en play-offs durant 7 saisons consécutives, dont deux fois en demi-finale. Les deux québécois auront apporté des émotions et du spectacle du côté de Porrentruy.

Toujours bloqués dans leur course en play-offs par les favoris qu’étaient le HC Bienne ou le Lausanne HC, le club ajoulot se fait tout de même une réputation de solide adversaire. Le HC Ajoie reprend donc des couleurs durant ces années et l’engouement autour de l’équipe est de plus en plus important.

Malheureusement, comme c’est souvent le cas dans le sport les bonnes histoires ont toujours une fin. En froid avec son entraîneur de l’époque, la star de l’équipe James Desmarais se voit montré la porte. Le club avait fait un choix pour le bien de l’équipe et du vestiaire, mais cet évènement ne sera pas passé inaperçu et restera entre la gorge de plusieurs partisans durant une certaine période. Le club aura eu besoin de deux saisons avant de retrouver de sas superbe. Desmarais et Roy n’étaient pas irremplaçables, mais leurs successeurs des deux saisons suivantes n’ont jamais trouvé les moyens de les remplacer dans le cœur des ajoulots.

h4(source : http://www.rfj.ch / Léchenne-Sheehan-Hauert une collaboration remplie de succès)

Le trio magique.

À l’aube de la saison 2015-2016, déjà assuré des services de l’entraîneur Gary Sheehan et du directeur technique Vincent Léchenne, je ne pense pas que Patrick Hauert pensait déjà que son club allait écrire une nouvelle page de l’histoire du sport jurassien.

En recrutant Philip-Michaël Devos et Jonathan Hazen le comité directeur et les entraîneurs allaient réaliser un des plus beaux coups de circuit de l’histoire du club. L’arrivée de Gary Sheehan à la tête de l’équipe et la structure mise en place donneront un nouvel élan et une nouvelle identité à cette équipe. Le titre de champion suisse de Swiss League durant la saison 2015-2016 en est la preuve.

h2(source : @Mauricette Schnider / Titre de champion de Swiss League en 2016)

Plusieurs événements marqueront cette saison. Tout d’abord il y aura les performances des deux nouveaux mercenaires, la retraite annoncée de l’enfant du pays Steven Barras (quelle prestation et quel leader durant les play-offs), le parcours sans faute tout au long des play-offs et bien sûr l’objectif ultime un titre de champion suisse face au redoutable Rapperswil. Un véritable conte de fée et toute une performance de la bande à Gary Sheehan. Le comité directeur, l’équipe et le groupe d’entraîneurs ont montré au monde du hockey sur glace suisse que même avec un budget réduit et des infrastructures vieillissantes le HCA était capable de rivaliser avec les meilleures écuries de son championnat.

Une nouvelle patinoire et de la constance dans les résultats.

Suite à son titre de champion suisse, le club n’a pas pour autant pris la grosse tête et est toujours resté dans ses plans. L’intégration de jeunes joueurs de la région, un budget et des objectifs raisonnables et bien sûr la mise en place d’un projet viable pour la nouvelle patinoire de Porrentruy.

Le travail fourni durant les années suivantes a été considérables et le projet de la Raiffeisen Aréna a été accepté par le peuple ajoulot à l’unanimité. Tout un accomplissement pour le président et les bénévoles de la patinoire du Voyeboeuf.

Au niveau sportif, le HCA est constant dans ses résultats mais connait une déception lors des dernières séries éliminatoires alors qu’il doit s’avouer vaincu face au HC Thurgovie en sept manches. Déçu, le président tire son bilan et ne manque pas de faire passer son message au vestiaire ajoulot.

ae111bdd-8443-41cc-907f-f6bcd0cebe48(Une victoire en coupe de Suisse inoubliable qui aura marquée les esprits)

Un parcours mémorable en coupe de Suisse.

Lausanne, Zurich, Bienne et pour finir Davos. Oui, ce sont bien les adversaires que le HCA a éliminé dans son parcours de coupe Suisse. Une prestation digne des meilleures et surtout un exploit qui n’est pas passé inaperçu à travers le pays entier et même outre-Atlantique. Sans oublier l’ambiance apportée par les 7000 jurassiens présents à la Vaudoise Aréna de Lausanne. Pas de meilleures publicités pour le club ajoulot et un véritable coup marketing pour l’avenir. Je ne résumerai pas cet évènement dans les détails, mais le visage émotif du président restera gravé à jamais dans le cœur des ajoulots. Et comme on a tendance à parfois l’oublier, Patrick Hauert est un des grands artisans des derniers succès du HC Ajoie.

On passe en mode play-offs.

Deuxième de la saison régulière, les hommes de Gary Sheehan affronteront leurs voisins du HC La Chaux-de-fonds au premier tour des play-offs. Un derby qui s’annonce chaud bouillant et attractif pour les supporters. EN espérant que les jaunes et noirs connaîtront à nouveau tout un parcours et pourquoi pas à nouveau créer la surprise.

Quelques anecdotes.

« Lors de la manifestation « HCA j’y crois » de 1994, la première équipe doit affronter le club italien de Varese. L’équipe italienne se présente à la patinoire du Voyeboeuf sans gardien de but. C’est Michel Atienza, alors troisième gardien du HCA, qui fera face à ses camarades de jeu. Les supporters présents pour ce match n’y avaient vu que du feu. »

« Lors du même événement, les juniors élites du club font pour leur part face à une équipe junior québécoise. Malgré la différence de taille et de poids, les jeunes du cru ne font qu’une bouchée de leurs adversaires canadiens. Au but, Cédric Zufferey est intraitable, alors que Julien Vauclair alors âgé de seulement 15 ans, en fait voir de toutes les couleurs à la défense adverse. Commentaire mémorable d’un joueur québécois alors sur le banc d’infamie : « Incroyable le talent de ce joueur, chez nous il aurait beaucoup de succès ! ». Il n’avait pas tout faux d’ailleurs, puisque quatre ans plus tard Julien Vauclair était repêché par les Sénateurs d’Ottawa dans la NHL. »

« Lors de son passage à Porrentruy durant le lock-out, Jeff Halpern appréciait vraiment déguster une bonne bière à la fin des matchs et même de certains entraînements. Son « stam » : la petite poste à Porrentruy. Le propriétaire n’en est pas revenu quand il appris quelques mois plus tard qu’il avait servi un joueur millionnaire de la ligue nationale de hockey. »

« Toujours lors de la saison de la grève en NHL, le duo Dagenais – Dupuis résidait dans le village de Miécourt. Lors de la semaine précédant la semaine de carnaval, les jeunes du village s’adonnaient au fameux rai-tiai-tiai en pleine. Alerté par le bruit et le capharnaüm, les deux québécois ont cru à une mauvaise farce de la part des partisans d’Olten. Il aura fallu quelques explications pour calmer l’anxiété de deux mercenaires ajoulots. »

(…)

Merci président pour tout ce travail accompli pour faire rêver toute une région !

Laisser un commentaire