NHL SAISON 19-20 : LA SITUATION DANS LA SECTION PACIFIQUE (3/3)

Les séries ont à peine commencées que l’on parle déjà de la prochaine saison.

Les équipes qualifiées pour les séries éliminatoires de la ligue nationale sont actuellement en pleine bataille pour s’assurer le droit de continuer leur bout de chemin à la conquête de la coupe Stanley. Cependant, comme on le remarque depuis plusieurs saisons, les franchises ne participant pas au bal printanier ne sont pas forcément en vacances à temps plein et préparent d’ores et déjà les échéances pour la prochaine saison.

Après la loterie du repêchage qui a vu les Devils du New Jersey se voir octroyer la chance de choisir le premier choix de l’encens 2019, les choses sérieuses commenceront le 21 juin à Vancouver avec le premier jour de cette draft 2019. Cette année, cette journée spéciale dans la LNH risque d’être animée et de réserver quelques surprises. Bien calme ces dernières années, le marché des transactions et le marché des joueurs autonomes risquent bien de nous offrir bon nombre de surprises et de rebondissements. La masse salariale, le futur repêchage d’expansion et la liste des joueurs autonomes à disposition seront un véritable casse-tête pour les directeurs généraux des différentes franchises de la ligue. Voici donc l’occasion de passer en revue la situation des franchises de la grande ligue afin de tirer certaines conclusions qui pourraient avoir des conséquences sur les différents scénarios possibles.

Lien de la deuxième partie : NHL SAISON 19-20 : LA SITUATION DANS LA SECTION PACIFIQUE (2/3)

CONFERENCE DE L’OUEST

Association du Pacifique

Vancouver Canucks

Vancouver_Canucks_Home_Logo.svg_

Résumé de la saison

Depuis la retraite des frères Sedin, les Canucks de Vancouver se sont lancés dans une reconstruction. Cette dernière est en bonne voie et les jeunes joueurs repêchés ces dernières années commencent à tirer leur épingle du jeu. Entourés de bons vétérans, Brock Boeser, Bo Horvat et Elias Pettersson semblent s’épanouir dans l’organisation de la Colombie britannique. Gentiment mais sûrement, les hommes de l’entraîneur Trevis Greene obtiennent les résultats escomptés. Cependant, cela n’a pas été suffisant pour participer aux séries éliminatoires cette saison. Malgré une 23ème place au classement général, les Canucks sont pourtant restés dans la course aux séries pendant une bonne partie de la saison régulière.

Masse salariale

L’organisation des Canucks de Vancouver disposera d’environ 30 millions d’espace sur la masse salariale pour la saison 2019-2020. Cela dit, elle devra prolonger bon nombre de ses joueurs autonomes avec compensation et prendre une décision concernant son défenseur vétéran Alexander Edler. Avec un bon noyau de jeunes joueurs, le directeur général sera certainement actif afin d’acquérir de l’expérience et de renforcer le secteur défensif de son équipe.

Repêchage et banque d’espoirs

Après avoir repêché dans le top 10 à cinq reprises lors des six dernières années, les Canucks ont largement renfloué leur banque d’espoirs. Comme mentionné un peu plus haut, l’éclosion de joueurs tel que Bo Hovart et Elias Pettersson sont des signes encourageants pour l’organisation. D’ailleurs, le dernier nommé est le candidat le plus sérieux pour l’obtention tu Trophée Calder récompensant la meilleure recrue de la saison 2018-2019. On peut également noter les performances du défenseur Quinn Hughes qui a démontré tout son talent lors des cinq dernières rencontres de la saison régulière. Cette année, l’organisation aura le dixième choix au total et pourrait à nouveau mettre la main sur un joueur ayant un impact considérable pour l’organisation. De très bonne augure pour l’avenir !

Contrats indésirables

Si on repasse le « rooster » actuel de l’organisation, le contrat de Loui Eriksson d’une valeur de 6 millions pour encore les trois prochaines saisons pourrait être considéré comme une épine dans le pied du DG Jim Benning. Cependant, l’attaquant suédois est un support de marque pour les jeunes joueurs de l’organisation. Le vétéran de 33 ans a bien sûr ralenti ces dernières années, mais il pourra toujours jouer un rôle de mentor et apporter son expérience à l’organisation. Il serait donc étonnant de le voir changer d’adresse durant la pause estivale. D’ailleurs, Loui Eriksson, Antoine Roussel et Joey Beagle ont joué leur rôle à merveille durant la saison régulière, donc je ne vois pas pourquoi on se passerait de leurs services.

Analyse

La franchise canadienne est sur la bonne voie dans sa reconstruction et il ne serait pas étonnent de les voir se battre pour une place dans les séries éliminatoires dans un futur proche. Le directeur général semble avoir trouvé la bonne recette afin de mettre à disposition de son entraîneur un effectif capable de rivaliser avec les grandes écuries de la ligue. Avec l’éclosion de Brock Boeser, Bo Horvat, Elias Pettersson et Quinn Hughes l’organisation à un bel avenir. Vancouver pourrait redevenir une adresse de choix ces prochaines années pour les joueurs autonomes. Une chose est sûre, les déboires des dernières années riment avec le passé et il faut avouer que l’après Sedin a été reconstruit avec panache et sérieux.

Vegas Golden Knights

sans-titre

Résumé de la saison

Après une saison incroyable la saison dernière avec une finale de la coupe Stanley à sa première saison de son histoire, la 31ème franchise de la LNH a confirmé cette saison en se qualifiant à nouveau pour les séries éliminatoires. Le directeur général George McPhee n’a pas chômé et s’est assuré les services du vétéran Paul Stastny sur le marché des joueurs autonomes et ensuite fait l’acquisition de Max Pacioretty et Mark Stone par le biais du marché des transactions. Malgré un temps d’adaptation, les nouveaux venus se sont littéralement trouvés sur la glace sur la fin de la saison régulière. Leurs performances dans la première ronde des séries éliminatoires face aux Sharks de San José en est la preuve. A noté que c’est la première fois de l’histoire qu’une équipe issue du repêchage d’expansion connaît autant de succès dans la ligue nationale de hockey.

Masse salariale

Malgré les succès sportifs et l’engouement des partisans des Golden Knights, le directeur général aura d’importantes décisions à prendre à la fin de cette saison. En effet, la masse salariale sera un réel casse-tête pour George McPhee puisque l’organisation est déjà assurée de se retrouver dans le trouble concernant le cap salarial. En estimant que ce dernier atteigne la somme des 83 millions, l’organisation du paradis du jeu se retrouverait en dessus du cap pour une valeur d’environ 5 millions de dollars. Avec pas moins de 10 joueurs majeurs avec un contrat arrivant à échéance, dont le joueur de centre William Karlsson, il est quasiment certain que plusieurs noms changeront d’adresse à l’aube de la prochaine saison. Il sera très intéressant de suivre les gestes du DG à partir du prochain repêchage et il est certain que plusieurs franchises seront actives afin de faire leurs emplettes du côté de Vegas.

Repêchage et banque d’espoirs

Avec les transactions impliquant Max Pacioretty et Mark Stone, l’organisation a perdu deux espoirs de qualité en Nick Suzuki et Erik Brännström, mais elle dispose toujours de joueurs tel que Cody Glass ou Nic Hague. Le directeur général n’a donc pas mis la totalité de sa banque d’espoirs en péril et il s’est assuré les services de joueurs capables d’être décisifs pour les prochaines saisons.

Lors du prochain repêchage, l’organisation disposera de cinq choix dans les trois premières rondes ce qui aura encore tendance à renforcer le futur de l’organisation. Le problème ne se trouve pas dans la relève et le futur, mais bien au niveau de la masse salariale.

Contrats indésirables

Avec une masse salariale bien trop élevée pour le prochain exercice, plusieurs joueurs encore sous contrat risquent de changer d’adresse afin de laisser une marge de manœuvre à George McPhee. La prise en charge du contrat de David Clarkson sera sans doute un cas à régler, mais elle ne reste pas une priorité si l’organisation n’y voit pas d’inconvénient puisque son contrat n’aura pas d’incidence sur la masse salariale. Dans ce cas-là on parle uniquement d’argent et il semble que cela ne soit pas un problème pour les propriétaires.

Afin d’alléger sa masse salariale, le DG pourrait bouger certains joueurs n’ayant pas forcément un réel impact sur l’entente dans le vestiaire de l’équipe. Je pense notamment au défenseur Nick Holden ou au joueur de centre Erik Haula. Cependant, cela ne sera pas suffisant et l’organisation se verra dans l’obligation de bouger au moins un joueur de calibre pour se donner une certaine marge de manœuvre. Une chose est sûre les Golden Knights n’auront aucun intérêt à brader leurs joueurs et les discussions risquent d’être animées durant l’entre-saison.

Analyse

On ne pensait pas que l’organisation des Golden Knights aurait un tel impact aussi rapidement dans la ligue nationale de hockey et il est clair que l’arrivée de cette nouvelle franchise est un réel succès que cela soit sur le plan sportif et le plan marketing. Tout d’abord, la chimie au sein de l’équipe est contagieuse et les résultats sont là. Ensuite, la franchise de Vegas dispose d’infrastructures et de conditions attirantes pour les joueurs et cela facilite la tâche du directeur général afin d’attirer les meilleurs. Max Pacioretty et Mark Stone sont les exemples parfaits.

Avec un très bon noyau de joueurs et la relève qui arrive, l’organisation pourra continuer sur sa lancée dans le futur. Cependant la problématique de la masse salariale pourrait avoir son lot de conséquences sur l’effectif si elle n’est pas bien gérée par le directeur général.

Au niveau hockey sur glace, l’entraîneur Gerard Gallant semble avoir apporté sa touche personnelle sur le jeu pratiqué. Rapidité, talent et jeu robuste font partie des atouts des Golden Knights. Avec un Marc-André Fleury au meilleur de sa forme et un effectif répondant aux consignes de son entraîneur cette équipe est très difficile à bouger. Le septième match de la série face aux Sharks de San José s’annonce d’ores et déjà électrique. Le trio Pacioretty – Stastny – Stone devra retrouver toute sa superbe du début de série si les Golden Knights veulent passer le premier obstacle et retrouver l’Avalanche du Colorado en deuxième ronde.

Laisser un commentaire