L’EQUIPE DE SUISSE A UN MATCH D’ECRIRE L’HISTOIRE

le

Après la Finlande le Canada.

Hier soir, sur le coup des 22h30 bon nombre de supporters de notre équipe nationale n’en revenaient toujours pas de la performance et de la victoire de nos hockeyeurs dans cette demi-finale face au Canada. La bande à Patrick Fischer a donc réussi à tenir tête au plus grand noms du hockey sur glace et s’imposer 3-2 face aux Connor McDavid et cie.

screen_734.jpg(source : www.swisshabs.com)

L’équipe nationale n’a bien sûr pas dominé les débats, mais elle a su tenir tête face à la machine canadienne et a respecté son plan de jeu à la perfection. Après une prestation digne des plus grandes écuries face à la Finlande en quart de finale, voilà donc que nos helvètes passe l’obstacle canadien et nous font rêver à la médaille d’or comme en 2013 à Stockholm. Le parcours actuel de la Nati nous fait d’ailleurs penser à cette médaille d’argent conquise sous l’air Sean Simpson. La cohésion du groupe suisse est comme par le passé, tout simplement extraordinaire et irréprochable.

Le résumé de la demi-finale face au Canada :

Un collectif qui vend du rêve.

Oui, au vu des derniers résultats lors des jeux olympiques en Corée du Sud, Patrick Fischer s’est retrouvé sur le devant la scène et a dû essuyer bon nombre de critiques de la part des médias et des amateurs de hockey sur glace. Sa fonction de sélectionneur de l’équipe nationale remise en question le zougois d’origine n’a pas perdu la confiance de ses dirigeants et fait bien partie de l’équation gagnante de ces championnats du monde.

9196251(source : www.rts.ch)

Même si l’arrivée de plusieurs joueurs évoluant outre-Atlantique (NHL/AHL) a grandement aidée aux bonnes performances, on retiendra que Patrick Fischer est ses assistants ont su tirer le meilleur des joueurs mis à leur disposition. L’esprit d’équipe semble être une des principales raison dans ce parcours historique. Chaque joueur joue son rôle à la perfection et n’hésite pas à se sacrifier pour le succès de l’équipe. Un vrai collectif capable de déplacer des montagnes et pourquoi pas, on l’espère, remporter l’or et ainsi laver l’affront des JO de Pyeongchang. Comme le disait si bien Goethe : « Écrire l’histoire est une façon comme une autre de se libérer du passé » !

Des éloges pour les suisses outre-Atlantique.

La qualification de l’équipe de suisse pour la finale de ces championnats du monde a tout de même bien fait jaser au Canada que cela soit dans les médias ou sur les réseaux sociaux. Des joueurs comme Leonardo Genoni, Tristan Scherwey ou Enzo Corvi pour ne citer qu’eux ont tapé dans l’oeil de suffisament d’amateurs pour que leurs noms face les titres sportifs de certains médias canadiens et américains. Une preuve que le hockey helvétique est encore en pleine expansion et que si les grands dirigeants de notre pays mettent en place les infrastructures nécessaires, la Suisse aura sa place parmi les grandes nations de ce sport.

cut_259.jpg(source : www.swisshabs.com / Noah Rod)

On pense notamment aux romands Noah Rod, Grégory Hofmann et Gaëtan Haas qui tenteront sur le court terme de se frayer un chemin dans la plus grande ligue du monde. Leurs prestations ont a coup sûr taper dans l’oeil des recruteurs de la ligue nationale de hockey présents lors de ces championnats du monde au Danemark. Si Hofmann et Haas ont prouvé qu’ils pouvaient être productifs offensivement face aux meilleurs joueurs du monde, Noah Rod a prouvé à l’organisation des Sharks de San Jose qu’elle avait eu fin nez en le repêchant en 53ème position lors de la draft de 2014. Son travail de labeur face aux meilleurs trios adverses et en désavantage numérique a été digne du meilleur niveau. Un bel avenir en vue pour ces trois gaillards !

La Suède ultime obstacle.

Lors de la phase de qualification la Suède et la Suisse ont déjà croisé le fer et l’équipe aux trois couronnes s’était imposée sur le score de 5-3. La Nati connaissait un début de match difficile et l’indiscipline coûtait très cher aux hommes de Patrick Fischer. Malgré un très bon troisième tiers qui permettait d’ailleurs aux suisses de se relancer dans le match l’équipe de suisse devait s’avouer vaincue après soixante minutes de jeu.

Cependant, pour cette finale, on peut s’attendre à voir un tout autre match puisque l’équipe de suisse a su apprendre de ses erreurs lors de la phase qualificative et le manque d’intensité de début de match et l’indiscipline semblent ne plus faire parties du vocabulaire des hommes de Patrick Fischer. En effet, si elle arrive à récidiver ses dernières prouesses tout est possible dans cette finale. La pression sera belle et bien du côté suédois et Roman Josi et cie sauront à coup sûr profiter de chaque occasion pour malmener l’équipe suédoise.

file6pog17x4875oz5b089x.jpg(source : swisshabs.com)

Une nouvelle fois le hockey sur glace suisse prouve au monde entier qu’il faudra compter sur lui dans les futurs compétitions. La médaille d’or nous tend les bras, mais ce ne sera pas une partie de plaisir pour l’acquérir. L’engouement derrière cette équipe nationale que cela soit sur place au Danemark ou chez nous est tel qu’il a particulièrement touché les joueurs et le staff d’entraîneurs comme le confirmait Tristan Scherwey au micro de la RTS. Une source de motivation supplémentaire pour la conquête de l’or. Messieurs tout d’abord chapeau bas pour vos prestations jusqu’à ce jour, mais surtout respect pour votre engagement sans faille pour le chandail à croix blanche.

HOPPPPP SUISSE !!!!!!

 

Laisser un commentaire