JO 2018 : L’ÉQUIPE NATIONALE SUISSE AURAIT PRÉSENTÉ UNE « DREAM TEAM »

Pas d’accord entre René Fasel et Garry Bettman.

Malgré plusieurs tentatives de la Fédération internationale de hockey (IIHF) pour trouver un accord avec la ligue nationale de hockey (LNH) le monde du hockey sur glace apprenait avec stupeur que les meilleurs joueurs du monde ne participeraient pas aux Jeux Olympiques de Pyeongchang en février 2018. Une première depuis 1994.

fehr-fasel-bettman_1.jpg(source : www.swisshabs.ch)

Malgré de multitudes tentatives afin de trouver un accord, le président de l’IIHF René Fasel, appuyé par le comité international olympique n’a pas réussi à persuader le commissaire de la LNH Garry Bettman et les propriétaires des 31 franchises NHL. Une annonce critiquée par la plupart des joueurs étoiles de la meilleure ligue du monde désirant porter le maillot de leur équipe nationale lors de ce rendez-vous historique.

Des enjeux économiques et sportifs.

Malgré le fait que la participation des joueurs de la LNH aux Jeux Olympiques 2018 aurait permis à la machine économique du circuit Bettman de s’ouvrir au marché asiatique (pas moins 1,4 milliards d’habitants) et d’en tirer un maximum de profit aucun accord n’a été trouvé.

Planifier une pause de trois semaines dans le calendrier de la saison régulière juste avant les séries éliminatoires aurait eu des conséquences drastiques sur les enjeux financiers et sportifs des franchises de la ligue nationale de hockey. En effet, le mois de février étant une période cruciale outre-Atlantique puisque la plupart des équipes se préparent au long marathon des séries éliminatoires pour la conquête de la coupe Stanley. C’est tout simplement lors de cette période que le business est à son meilleur.

coupe-stanley.jpg(source : www.nhl.com)

Rajoutez à cela que la LNH ne tire aucun bénéfice concret lors des Jeux Olympiques et que les différentes organisations risquent de perdre sur blessure leurs meilleurs éléments lors de cette compétition, on comprend bien la réticence des propriétaires de libérer leurs joueurs. On ne connait pas tous les détails des arrangements et des accords, mais on imagine bien les enjeux colossaux que cela comportent.

Pression sans aucun effet.

Malgré plusieurs critiques publiques de joueurs tel que Sidney Crosby ou Alexander Ovechkin, le discours de Garry Bettman n’a pas changé. L’attaquant russe avait même menacé de quitter son club des Washington Capitals pour rejoindre la Sbornaya durant la période du tournoi olympique. Les conséquences auraient été drastiques pour le joueur : suspension, amendes et non versement de salaire.

cut.jpg(source : www.nhl.com)

Les amateurs de la rondelle ne pourront donc pas admirer les meilleurs joueurs du monde lors de cette compétition à venir. Pourtant, ces dernières années, le hockey sur glace avait connu un énorme succès lors des derniers Jeux Olympiques et à coup sûr la ligue nationale de hockey en avait bien tiré profit.

Une équipe de rêve.

Le hockey sur glace suisse est actuellement en pleine expansion outre-Atlantique avec pas moins de treize joueurs actifs dans la meilleure ligue du monde. Avec la sélection de joueurs étoiles tel que Roman Josi, Nico Hischier et Nino Niederreiter notre équipe nationale aurait été la meilleure de toute son histoire.

2478403.jpg(source : www.rts.ch)

Il suffit d’imaginer un premier trio d’attaque formé de Sven Bärtschy, Nico Hischier et Nino Niederreiter ou un duo défensif comprenant Roman Josi et Luca Sbisa pour saliver de plaisir. Les amateurs du hockey suisse auraient mérité de pouvoir admirer l’élite du hockey suisse se battre pour obtenir une médaille lors des prochains Jeux Olympiques, mais ce ne sera pas pour cette fois.

%20Nico%20Hischier_5.jpg(source : www.swisshabs.ch)

On espère bien que pour le JO de 2022 en Chine les grands patrons du hockey international trouveront la solution afin de rendre à César ce qui est à César. Le sélectionneur de l’équipe national Patrick Fischer devra donc faire sans, mais l’absence des joueurs venant de la NHL et de la AHL concerne tout le monde et cela ouvre une porte pour une éventuelle médaille.

Dans les favoris malgré tout.

Le hockey sur glace suisse a connu une réelle évolution lors de ces dernières années et le championnat de suisse de National League est l’un des meilleurs derrière le championnat russe de KHL. D’ailleurs, selon les dernières rumeurs, les problèmes de dopage de la fédération russe, ainsi que les problèmes économiques en KHL pourraient amener cette dernière à suivre l’exemple de la NHL. De simples rumeurs pour le moment, mais on peut toujours s’attendre à une telle annonce qui ferait l’effet d’un nouveau tremblement de terre dans le monde du hockey.

Avec l’absence des meilleurs joueurs, l’équipe nationale suisse se retrouve en quelque sorte dans les favoris de tournoi olympique. Avec ses jeunes talents à en devenir et de bons vétérans, Patrick Fischer a de quoi confectionner une équipe pouvant rivaliser pour l’obtention d’une médaille et pourquoi pas créer une sensation en Corée du Sud.

Les grandes stars seront absentes et bon nombre de médias affirment que l’intérêt du public ne sera pas le même et que le hockey sur glace en sortira perdant. Cependant, il ne faut oublier que que ce sport se joue en équipe et que le collectif fait la différence. On en a la preuve avec la médaille d’argent de la Suisse remportée lors des championnats du monde de Minsk en 2013.

(On ne s’en lasse pas !!!)

Pour conclure, ce ne sont pas les noms qui amènent à la victoire, c’est bien l’esprit d’équipe !

Hopp Suisse !!!

Laisser un commentaire