LES TEMPS SONT DURS POUR MARC BERGEVIN

le

Actuellement au centre des critiques.

Le 2 mai 2012, Geoff Molson propriétaire de la franchise des Canadiens de Montréal annonçait l’engagement de Marc Bergevin au poste de dircteur général. Après cinq années passées à la tête du tricolore, c’est la première fois que ce dernier se retrouve sous le feu des projecteurs après le début de saison catastrophique de son équipe.

marc_bergevin_michel_therrien(source : www.gohabsgo.com)

Marc Bergevin devient gentiment l’homme à abbatre pour certains médias et la patience des partisans en a pris un sérieux coup. En ressortant à la une les épisodes PK Subban, Alexander Radulov, Andrei Markov et la prolongation de contrat du gardien Carey Price ça jase beaucoup dans les chaumières en ce moment.

Cependant, beaucoup de monde semble avoir vite oublié tout le travail accompli par le directeur général et son équipe depuis son arrivée.

Un DG actif comme à son habitude.

Dès son arrivée dans l’antre du centre Bell, Marc Bergevin a changé beaucoup de choses dans l’organisation. En nommant Michel Therrien comme entraîneur chef, en rachetant le contrat de Scott Gomez et en donnant la chance aux jeunes Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher d’évoluer dans la ligue nationale, la nouvelle tête pensante du tricolore montrait la ligne à suivre.

Au cours des cinq dernières annés le CH n’a pas participé aux séries éliminatoires à une reprise. En effet, lors de l’exercice 2015-2016 avec en particulier la blessure de Carey Price le directeur général connaissait son premier échec du côté de la Sainte-Flannelle.

alex-galchenyuk-brendan-gallgher.jpg(source : www.25stanley.com)

Lorsque la franchise battait de l’aile, Bergevin a toujours su prendre ses responsabilités et trouver des solutions pour améliorer et relancer son équipe. L’échange entre Subban et Weber, le coup de poker réussi se nommant Alexander Radulov et le congédiement de Michel Therrien en sont la preuve.

On est donc presque sûr qu’actuellement, malgré la faible offre sur le marché des transactions, Marc Bergevin est souvent pendu au bout du fil afin de replacer son équipe dans la course aux séries éliminatoires.

cut(source : www.nhl.com)

Le seul reproche que l’on peut faire au DG est son travail d’avant saison, là où il aurait vraiment pu être très actif afin de signer l’élément manquant à son équipe. David Schlemko est blessé depuis le début de la campagne, Karl Alzner tarde à prendre ses marques et Ales Hemsky nous fait penser au coup de poker Alexander Semin. Une possible erreur de casting !

Les cas Andrei Markov et Alexander Radulov sont enterrés.

En transigeant Mikhail Sergachev au Lighting de Tampa Bay en retour du talentueux Jonathan Drouin, Marc Bergevin ne savait pas encore qu’il ne prolongerait pas les contrats de Radulov et Markov.

En ce qui concerne le premier nommé, le journaliste de RDS François Gagnon nous a appris pas mal de choses concernant cette épisode puisque ce dernier à rencontrer le russe lors d’un entretien à Dallas. N’en déplaisent à certains partisans, Alexander Radulov avait bien décidé de tester le marché des joueurs autonomes et de trouver une entente lucrative avec une nouvelle franchise. Les Stars de Dallas ont fait le forcing et on sorti leur portemonnaie pour s’assurer ses services et le CH était dans la course jusq’à la fin pour le ramener du côté du Centre Bell.

alexander-radulov-andrei-markov(source : www.tsn.com)

Pour Andrei Markov, qui comme à son habitude n’a pas voulu commenter les négociations, il semblerait que le problème concernait la durée de l’éventuel renouvelement de contrat. Le général, âgé de 38 ans a préféré retourner dans sa mère patrie. On est bien d’accord que ce dernier avait encore du bon hockey à donner dans la NHL et qu’actuellement il aiderait amplement l’équipe dans la relance et en avantage numérique.

Oui, les Canadiens de Montréal seraient plus fort avec la présence des deux russes, mais pas à n’importe quel prix et n’oublions pas que ces deux derniers n’ont également pas fait de sacrifices afin de rester avec l’organisation.

Arrêtons de parler de reconstruction.

Tout le monde le sait, les partisans des Canadiens de Montréal sont les plus intransigeants dans la ligue nationale de hockey et le marché montréalais est tellement médiatisé que parfois tout le monde detient la solution au problème. Mais sérieusement, ometttre l’idée d’une reconstruction est tout simplement impenssable. Premièrement du point de vue de l’histoire du club, deuxièment par l’effectif actuel de l’équipe et finalement parce que l’importance des résultats est crucial dans le marché économique de la franchise.

Marc Bergevin,(source : www.habsetlnh.com)

Les années passées nous l’ont démontrées, des franchises en reconstruction comme les Toronto Maple Leafs ou les Edmonton Oilers sont restés des années durant dans les bas fonds du classement général de la NHL avant de pouvoir mettre la main, via le repêchage, sur des joueurs comme Auston Matthews et Connor McDavid pour remettre leur organisation sur les bons rails.

Avec des joueurs tel que Carey Price, Shea Weber, Jonathan Drouin, Max Pacioretty et Galchenyuk ne me dites pas que l’organisation devrait se lancer dans une reconstruction de l’équipe. Je suis convaincu qu’il manque deux ou trois éléments pour faire de cette équipe un aspirant à la coupe Stanley et que le grand problème reste la position de centre du premier trio. Marc Bergevin devra trouver la solution sur le marché des joueurs autonomes ou par le biais d’une transaction, mais pour le moment il se retrouve les poings liés tellement la course aux séries éliminatoires est serrée pour la majorité des franchises.

Les joueurs peuvent trouver la solution.

Comme on le dit souvent, on ne refait pas l’histoire, mais ce qui est malheureux actuellement, c’est que certaines personnes ne croient plus en leur équipe favorite et ont tendance à broyer du noir. Les partisans se retrouvent en quelque sorte dans le même état d’esprit des joueurs de l’équipe, sans réactions et en manque total de confiance.

Il est bien clair que tout le monde au sein de l’organisation du CH doit se remettre en question, mais ce sont avant tout les joueurs et le groupe d’entraîneur qui doivent trouver les solutions. Lorsque Marc Bergevin nous parle de la difficulté d’effectuer une transaction majeure en début de saison régulière il n’a pas tort puisque bon nombres de franchises sont encore dans la course aux séries éliminatoires.

cut(source : www.nhl.com)

Lors des deux dernières défaites, on a pu voir la frustration des joueurs. Tomas Plekanec lâchait les gants pour la première fois de sa carrière dans le match face aux Coyotes, Shea Weber s’en donnait à cœur joie sur Nazem Kadri face aux Leafs. Et que dire des réactions de Paul Byron et Brendan Gallagher qui ont également engagé deux combats lors du même match. Des images qui démontrent que les joueurs veulent aller de l’avant et que le problème n’est pas une question de motivation ou d’éthique de travail.

Il semblerait que les leaders de l’équipe ont voulu faire passer un message à certains de leurs coéquipiers et on espère que le message soit passé dans la chambre.

cut.jpg(source : www.nhl.com)

Les problèmes des Canadiens de Montréal n’est pas le manque de talent ou de volonté mais littéralement un manque de confiance. On espère qu’avec la guérison de Carey Price et la remise en question suite aux deux dernières défaites, les joueurs sauront se remettre sur les bons rails et entameront une série de victoires pour rester dans la course aux séries éliminatoires.

Bergevin devrait faire des sacrifices.

Mathématiquement et en l’état du classement de l’association de l’est le CH reste encore dans la course aux séries éliminatoires pour le moment. Les prochaines échéances seront, dans tous les cas, déjà décisives pour la suite de la saison régulière et l’avenir de la franchise.

Marc Bergevin doit certainement attendre de voir comment Carey Price performera devant son filet à son retour de blessure. David Schlemko, lui aussi prêt d’un retour, apportera peut-être une meilleure stabilité à la défensive de l’équipe et de la concurrence qui pourra faire réagir Karl Alzner et Jeff Petry. Dans le cas où l’équipe ne réagissait pas, le directeur général se devra malheureusement d’établir son plan B et tirer toutes les conséquences d’une saison gâchée.

cut(source : www.nhl.com)

Une chose est sûre si Bergevin veut amener de gros noms du côté de Montréal, il devra payer le prix. John Tavares futur agent libre sans compensation est le candidat idéal pour le prendre le poste de centre du premier trio de la franchise et tout le monde espère que l’ancien premier choix des New-York Islanders se tournera le marché des joueurs autonomes et que le tricolore mette la main sur ce dernier. L’avenir nous le dira, mais dans le cas où Marc Bergevin arrivait à mettre la main sur John Tavares, ce sera un de plus grand coup dans la ligue nationale de hockey ces dernières années.

Laisser un commentaire