MAXIM LAPIERRE, D’AGITATEUR À INDISPENSABLE

Début professionnel dans la ville du hockey.

Repêché en 2003 en deuxième ronde (61 overall) par les Canadiens de Montréal, Maxim Lapierre effectue ses débuts professionnels avec le tricolore en 2005 après trois saisons passées dans la ligue de hockey junior majeur du Québec.

À ses débuts, l’attaquant québécois navigue entre la ligue américaine et la ligue nationale de hockey. Durant la saison 2006-2007 il gagne la coupe Calder avec les Hamilton Bulldogs, le club école des Canadiens de Montréal.

93166899(source : www.gettyimages.fr)

Son contrat d’entrée de trois saisons étant écoulé, le robuste attaquant signe une nouvelle entente avec le CH pour deux nouvelles saisons. Connu pour sa robustesse et son comportement provocateur envers ses adversaires, Maxim Lapierre démontre également qu’il est capable d’être décisif comme le prouvent ses 15 buts lors de la saison 2008-2009. Durant la saison 2010-2011,n’entrant plus dans le plan du directeur général Pierre Gauthier, le natif de St-Léonard est tout d’abord échangé aux Ducks d’Anaheim et par la suite aux Canucks de Vancouver.

Une finale de la coupe Stanley.

Arrivé à Vancouver à la date limite des transactions, Maxim Lapierre rejoint donc son ancien entraîneur des rangs juniors Alain Vignault afin d’aider l’équipe dans les séries éliminatoires. Peu productif en fin de saison régulière avec un seul but à son compteur, l’attaquant québécois sera bien plus inspiré lors des séries éliminatoires.

En effet, le quatrième trio de la franchise de Colombie-Britannique avec son jeu physique donnera bien du fil à retorde à ses adversaires tout au long des séries éliminatoires. Les Canucks de Vancouver se rendront jusqu’en finale de la coupe Stanley, mais verront leur adversaire les Bruins de Boston s’imposer et ainsi remporter les grands honneurs.

Gregory+Campbell+Maxim+Lapierre+Vancouver+sIsyMJEewZkl(source : www.zimbio.com)

Pour ses bonnes prestations dans la course à la coupe Stanley, Maxim Lapierre se voit offrir un nouveau contrat de deux saisons avec l’équipe. En 2013, comme joueur autonome, il signe une nouvelle entente dans la grande ligue avec les Blues de St-Louis. À sa dernière année de contrat, il est à nouveau échangé à la date limite des transactions et rejoint les Penguins de Pittsburgh de Sidney Crosby. Après une saison que l’on peut considérer comme décevante, le québécois ne trouve pas preneur dans le circuit Bettman et se tourne donc vers le marché européen.

Nouveau défi en Europe.

À l’aube de la saison 2015-2016, Maxim Lapierre s’entend avec le club de MODO dans la ligue suédoise de hockey. Son expérience suédoise s’arrête en fin de saison lorsqu’il rejoint le HC Lugano dans la National League.

Maxim-Lapierre-Lugano(source : www.25stanley.ca)

D’entrée de jeu, le québécois fait parler de lui dans le championnat suisse et pas forcément pour ses habilités sur la glace. À plusieurs reprises, Lapierre fera la une des quotidiens sportifs pour ses provocations et les bagarres engagées avec ses adversaires. Le HC Lugano, recherchait du leadership et du caractère pour les séries éliminatoires et on peut dire qu’il avait tiré le bon numéro avec le robuste québécois.

Trash talking et provocations.

À ses débuts avec l’équipe de Lugano, Maxim Lapierre se rend jusqu’en finale du championnat suisse de hockey face au CP Berne sans pour autant lever la coupe. Tout au long des séries éliminatoires, Maxim Lapierre démontre qu’il est capable d’influencer le résultat d’un match que cela soit pour son équipe ou pour ses adversaires. Capable du meilleur comme du pire, ses présences sur le banc des pénalités n’ont pourtant pas forcément avantagés son entraîneur et ses coéquipiers dans bien des matchs.

Dans le championnat suisse de hockey, les quatre mercenaires sont d’une importance cruciale pour leur équipe et le fait d’être abonné au banc d’infamie n’est pas bon signe pour un joueur tel que Maxim Lapierre. Après le trash talking et les confrontations musclés, le temps était venu pour l’attaquant québécois de jouer un rôle bien plus important pour le HC Lugano et de démontrer toutes ses aptitudes sur la glace.

Indispensable.

Après une tentative ratée de retour dans la NHL avec les Rangers de New-York en 2016, Maxim Lapierre s’engage à nouveau avec le club du HC Lugano et connait en général une bonne Saison régulière et de bonnes séries éliminatoires sous les ordres de son nouvel entraîneur Greg Ireland. Productif en attaque, toujours aussi bon dans son jeu défensif, le québécois devient un élément indispensable de l’équipe.

maxim-lapierre-3(source : www.swisshabs.ch)

Sous les ordres de Greg Ireland, Maxim Lapierre semble avoir compris le rôle qu’il pourra jouer pour le HC Lugano. Après avoir fait parler les poings, le temps était venu pour lui de montrer à ses détracteurs qu’il était bien capable de jouer du très bon hockey et d’être décisif pour son équipe. Considéré comme un leader par ses coéquipiers, toujours aussi intimidant, mais surtout indispensable dans certaines facettes du jeu, le québécois connait à coup sûr une des meilleures saison de sa carrière à 32 ans.

Avec une fiche de 5 buts et 11 assistances en 21 matchs joués et un différentiel de +14 en ce début de saison, l’ancien des Canadiens de Montréal est actuellement un sérieux candidat à une participation aux prochains Jeux Olympiques de Pyeongchang. Porté le chandail à la feuille d’érable serait tout un honneur pour le québécois. Avant cela, il devra encore mener son équipe aux séries éliminatoires et pourquoi pas, cette fois-ci, remporter le titre de champion suisse de hockey avec le HC Lugano.

89676(source : www.teletext.ch)

Pas forcément apprécié des joueurs et supporters adversaires, Maxim Lapierre semble avoir retrouvé tout son hockey sur glace et un nouvel élan du côté de Lugano. Le temps des mauvaises pénalités semble révolu, mais ne vous en faites pas, le québécois aura toujours aussi de répondant sur la glace et comme il l’a prouvé par le passé, il n’hésitera pas à se sacrifier pour l’équipe, mais dans les moments opportuns.

Laisser un commentaire