LE BUSINESS DES CONTRATS ANTICIPÉS DANS LE HOCKEY SUISSE

Des mises sous contrat de plus en plus hâtives.

Cela fait déjà depuis quelques saisons que le hockey suisse vit au rythme des mises sous contrats de joueurs en pleine saison régulière et cela commence à agacer bon nombres d’amateurs de hockey sur glace.

On comprend bien le mécontentement de certains supporters lorsqu’ils apprennent en plein milieu de championnat que l’un de leurs joueurs quittera pour rejoindre une nouvelle équipe dès la saison suivante. Ces mises sous contrat anticipées ont, on ne se le cachera pas, des points positifs et négatifs pour les deux parties, que cela soit le joueur concerné ou le club lui-même.

En ce qui concerne nos championnats, il n’existe pas vraiment de réglementation et on peut dire que la situation ressemble à ce qu’il se passe dans la vie professionnelle de tous les jours. Cependant, la transparence du marché des futurs joueurs autonomes commence à bien faire jaser dans les chaumières.

Manque de respect ?

Tout d’abord, il faut savoir que le marché des joueurs autonomes suisses est bien plus petit qu’on ne veut le croire. En effet, il devient de plus en plus dur pour les petits clubs de rivaliser avec les grandes écuries pour mettre sous contrat un jeune espoir ou un joueur de renommé. Par conséquent, le marché des joueurs est constamment scruté par les directeurs sportifs de la National League et de la Swiss League. En fait, le plus offrant et le plus rapide sera le mieux servi.

nl-logos-background_1(source : www.swisshabs.ch)

Cependant, dans tout cela, on a tendance à oublier ces bons vieux partisans, qui au final permettent, à leurs manières, aux clubs du hockey suisse de vivre. On pourrait considérer cela comme un réel manque de respect de la part des joueurs et des franchises concernés. Malgré toutes les explications ou excuses données, le supporter fidèle ne comprendra et n’acceptera jamais une telle annonce au cours d’une saison régulière et cela avec raison.

Prenons un exemple concret, dans le cas où un joueur de Swiss League signe de manière anticipée un contrat avec une équipe de National League pour la saison à venir et qu’il retrouve cette dernière en finale d’ascension. Imaginez-vous quelle sera la réaction de la plupart des supporters du club susceptible d’accéder à la grande ligue et la pression qui sera mise sur le joueur concerné !?!

Des conséquences économiques et sportives.

Actuellement, les mises sous contrat anticipées sont au summum dans nos championnats. On ne repassera pas en revue l’historique depuis le début de la saison, car il serait bien trop long. Juste pour vous dire que rien qu’aujourd’hui deux clubs ont annoncé la mise sous contrat de joueur pour la saison prochaine. Le défenseur Jesse Zgraggen quittera Ambri-Piotta pour Zoug à la fin de la présente saison et de son côté Daniele Grassi rejoindra la capitale et le CP Berne après deux saisons passées du côté de Kloten.

topelement(source : www.tdg.ch / Jesse Zgraggen nouvel avenir du côté de Zoug)

Avec leur pouvoir économique et sportif les grandes écuries du hockey suisse se retrouvent donc en tête de liste pour l’acquisition des meilleurs éléments sur le marché et on se retrouve carrément avec un monopole au sein de la ligue suisse de hockey. Il est et sera toujours de plus en plus difficile pour les clubs à petit budget de garder leurs éléments prometteurs tout en renforçant leur effectif et c’est bien pour cela qu’actuellement une véritable course aux joueurs autonomes est lancée à travers le championnat le National League.

De plus n’oublions pas non plus l’aspect sportif de la chose. En effet, la pression mis sur les épaules des joueurs lors de ces situations est énorme. Malgré l’assurance d’un emploi pour les prochaines années et un nouveau contrat en poche, le joueur concerné doit faire face à ses entraîneurs, ses coéquipiers et aux supporters. Un tas d’explications qui ne font qu’augmenter la mise sous pression de la personne, ce qui, à coup sûr, peut influencer les résultats sportifs. Il suffit de se remémorer l’épisode entre Grégory Hoffman et l’entraîneur Arno Del Curto à l’annonce de son entente avec le HC Lugano.

La réglementation NHL, un exemple à suivre.

La ligue suisse de hockey ne peut pas être comparer à la ligue nationale de hockey tellement le marché de cette dernière est énorme. Cependant certaines réglementations pourraient être prises en considération ou adaptées à notre championnat.

En effet, dans le circuit Bettman, la mise sous contrat des joueurs autonomes est réglementée de manière précise et l’impartialité entre les différentes franchises est de guise.

iSOV92r.jpg(source : www.nhl.com)

Tout d’abord la période de mise sous contrat des joueurs est limitée dans le temps, ce qui permet à chaque équipe du championnat de discuter avec un joueur et de lui faire une offre. Par conséquent, le marché est bien plus ouvert, tout en sachant que la décision finale revient au joueur lui-même. À noter que cela n’empêche pas les deux parties de s’approcher et de discuter durant la saison régulière, sans pour autant signer un accord.

Pour finir, une chose intéressante outre-Atlantique concerne les joueurs autonomes avec compensation. Pour résumer rapidement, les différents clubs de la NHL ont la priorité pour signer leurs jeunes joueurs en fin de contrat (trois premières années de contrat) et dans le cas où une autre organisation serait intéressée elle devra verser une compensation au club concerné. Cette règlementation serait clairement difficile à adopter chez nous, mais elle pourrait être prise en considération pour protéger les clubs formateurs de National et Swiss League.

Pas de changement en vue pour l’avenir.

Pour le moment, il semblerait qu’aucune réglementation concernant la mise sous contrat des joueurs ne soit à l’ordre du jour de la ligue nationale suisse et il faudra donc s’attendre à ce que l’histoire continue.

De toute façon, une chose est sûre les amateurs de hockey n’auront pas leur mot à dire car ce sont bien les présidents des clubs et la Swiss League qui prendront les décisions. Je veux bien que le marché des joueurs suisses ne répondent plus à la demande et que beaucoup d’argent soit mis en jeux. Cependant, en suivant ou en adaptant certains exemples le fair-play sportif et financier du hockey suisse ainsi que le respect des supporters seront pris en compte.

Laisser un commentaire