L’épée Damoclès est sur le point de tomber sur le Forum d‘Octodure

Dernières nouvelles peu rassurantes.

Ce matin, bon nombres de responsables et de supporters de Red Ice Martigny ont du se lever avec la gueule de bois. En effet, selon le journal Le Nouvelliste, la piste slovaque pour remettre le club valaisans sur les bons rails semble s’éloigner à grand pas puisque ces derniers ne seraient finalement plus intéressés à reprendre les rênes du Club.

Selon les dires du président Mike Echenard, après l’échec des négociations avec les éventuels repreneurs slovaques, ce dernier aurait relancé des pourparlers avec des personnalités locales. Cependant, ces dernières refuseraient d’entrée en matière, du fait de l’ampleur de la dette, du capital action (CHF 300’000.-) et des impayés du club.

asset-version-f9c20c6989-DATA_ART_3517739_JPG(source:lenouvelliste.ch)

Décidément, cela sent déjà le vécu que cela soit dans le sport du hockey sur glace ou simplement dans le sport romand en général.

L’histoire n’a pas porté ses fruits.

En février 2005, le club de football de Genève-Servette, alors dirigé par un l’homme d’affaires Marc Roger, annonçait sa mise en faillite avec toutes les conséquences que l’on connait. Le club genevois a mis des années à s’en remettre et il n’a toujours pas retrouvé la super league. A l’époque, les grenats avait tout pour réussir, les nouvelles infrastructures sportives, l’histoire du club et les ambitions. Cependant, on ne reviendra pas sur tous les détails qui ont fait  couler le club dans les bas-fonds du football suisse.

Chagaev2(source:rjb.ch)

Tout le monde a encore en tête l’épisode Bulat Chagaev, homme d’affaires tchétchène venu de nulle part, qui rachetait Neuchâtel Xamax à l’ex-président Sylvio Bernasconi. En janvier 2012, le club et toute son histoire se retrouvent à la trappe. Gilbert Fachinetti reprend le flambeau et crée un groupe de travail pour relancer le club. La première équipe du club reprendra son championnat en deuxième ligue interrégionale pour actuellement évoluer en challenge league. Quand on connait toute l’histoire de ce club, tout simplement incompréhensible.

siders-silvio-caldelari-bereit-fuer-das-praesidium-beim-hc-siders-35615(source:swisshabs.ch)

Concernant le hockey sur glace, pas forcément pour les mêmes raisons, des clubs comme le HC Bâle, Forward Morges, Union Neuchâtel et le HC Sierre ont, par le passé, également déposer le bilan que cela soit pour des raisons financières, d’infrastructures, de marketing ou un manque cruel d’investisseurs. Incompréhensible dans le cas des Sharks de Bâle qui avaient, avec leur nouvelle patinoire, le marché économique rhénans atteint tout de même la ligue nationale A de hockey. Tout le monde se rappelle également la situation du HC Sierre en 2013, qui malgré le travail acharné de Silvio Calderari et de ses collaborateurs, n’avait pas pu se sauver de la faillite. Cependant, on ne peut pas refaire l’histoire, mais en tirer des enseignements, ce qui à mon avis n’a pas été le cas du côté de Martigny. Il reste à savoir si la ligue suisse de hockey a également sa part de responsabilité dans ce nouveau cataclysme dans le hockey sur glace suisse.

Quel avenir du côté de Martigny ?

Première chose, on ne peut que souhaiter que les dirigeants valaisans trouvent une solution sur le court terme afin que Red Ice Martigny puisse maintenir son équipe en ligue nationale B que cela soit pour l’entraîneur et ses joueurs et surtout pour le public du forum d’Octodure. On a tendance à critiquer, certainement avec raison, certaines décisions qui ont été prises en haut lieu tout en oubliant les conséquences désastreuses que pourraient avoir cette mise en faillite sur l’avenir des joueurs actuellement sous contrat avec l’équipe et surtout pour toutes les personnes qui se sont investies tout au long des dernières années, le plus souvent des bénévoles, pour leur club de cœur. On espère donc que l’épisode se terminera sur une bonne note pour le club valaisan.

asset-version-da19a1703c-data-art-4626272-jpg(source:swisshabs.ch)

Pour conclure, il serait bien temps que les hautes instances du hockey sur glace se remettent en question. On connait la situation financière de club comme Ambri-Piotta ou Kloten et bien sûr on ne souhaite pas les voir se retrouver dans une telle situation, mais on attend un peu plus de la part des grands patrons afin que dans certains cas, ils mettent un halte là…

Laisser un commentaire