Portrait : James Desmarais

De la QMJHL à l’ECHL en passant par la AHL.

En 1996, James Desmarais, natif de Montréal commence sa carrière professionnelle de jeune hockeyeur dans la fameuse ligue hockey junior majeure du Québec (QMJHL) avec le club de Laval Titan Collège Français pour ensuite se joindre au Rouyn-Noranda Huskies pour effectuer sa dernière saison dans cette catégorie de jeu.

James-Desmarais(source:qmjhl.com)

Lors de la saison 1998-1999, l’attaquant québécois, alors âgé de 19 ans, survole la ligue au niveau des statistiques avec pas moins de 135 points en 66 matchs de saison régulière et à cet effet il est nommé « joueur offensif de l’année » de la ligue et participe également au match des étoiles de la QMJHL. Ses performances hors du commun lui vaudront également d’être repêcher en neuvième ronde (270 overall) par les St-Louis Blues lors de la draft NHL.

Malgré tout son talent, l’attaquant canadien n’arrivera pas à s’imposer afin de percer l’alignement d’une équipe de la plus grande ligue du monde et il voyagera entre l’AHL et l’ECHL avant de tenter une première expérience européenne avec Alleghe dans le championnat italien en 2002.

Repéré en Autriche.

Après une saison d’anthologie dans la ligue de hockey nord-américaine avec les Dragons de Verdun avec pas moins de 112 points à son compteur, James Desmarais trouve de l’embauche dans le championnat autrichien en rejoignant le HC Innsbruck et un certain Todd Elik. Ce duo, va faire parler de lui jusque dans le championnat suisse de ligue B et une délégation jurassienne proche du HC Ajoie se déplace en terre autrichienne afin de voir le futur ajoulot évolué.

De suite, par son style de jeu et les bons échos de fins connaisseurs du hockey sur glace James Desmarais tape dans l’œil des ajoulots et ce dernier devient candidat numéro un pour rejoindre le HCA pour la saison 2006-2007.

Huit années sous le maillot ajoulot.

Et oui, James Desmarais arrive en terre jurassienne en 2006 et forme dès ses débuts sous les couleurs ajoulotes un trio de rêve avec son compère Stéphane Roy et l’enfant du pays Steven Barras. Le caractère du joueur, le spectacle qu’il présente sur la glace et bien sûr les résultats de l’époque font de Desmarais la véritable coqueluche du public.

JPEG013c048a(source:leqj.ch)

Adulé du côté du Voyeboeuf, ses qualités offensives sont indiscutables et on plait à se rappeler aux bonnes vieilles séries éliminatoires contre les ennemis jurés que sont le HC Bienne et le Lausanne HC. On ne calcule plus le nombre de fois où l’attaquant a levé la foule par ses dribbles et ses débordements d’anthologie. Le numéro 79 était un joueur capable de changer la philosophie d’un match à lui seul et la relation qu’il avait avec une grande partie du public ajoulot était idyllique.

(source:YouTube.com/LNMOVIE)

James Desmarais, ce sont pas moins de 302 matchs de saison régulière, pour une récolte 527 points avec le HCA. On ajoute à cela 60 matchs de play-offs et 90 points pour dire que le québécois malgré l’évènement que tout le monde connait, fait désormais partie des légendes du club ajoulot.

Il faut l’avouer, le monde du sport professionnel est un véritable business et les grandes histoires d’amour ne terminent parfois pas comme on le voudrait. Cependant, James Desmarais, ce n’était pas un simple mercenaire au service de son club, mais une personne totalement intégré et accepté dans la région ajoulote. Les souvenirs et les émotions sont bien plus fortes qu’un simple contrat de travail et je pense que tout le monde sera d’accord avec moi. À coup sûr le québécois, lors de son passage chez nous, a tissé bon nombre de liens d’amitié dans la région.

Un divorce encore dans toutes les têtes.

Tout bon fervent supporter du HC Ajoie se rappelle encore de ce fameux 6 novembre 2013 lorsque le club ajoulot annonçait la fin de la relation de travail entre le club et le joueur. Un véritable cataclysme pour toute une région. On ne refait pas l’histoire, mais ce divorce a été dur à accepter pour bien du monde et c’est bien pour cela que James Desmarais reste encore une personnalité appréciée du côté de Porrentruy où, ne l’oublions pas, il a passé près de huit ans de sa vie avec sa famille.

Un titre de champion suisse de LNB avec le HC Viège.

Malgré la déception et sûrement un peu de frustration l’ancien ajoulot a su de suite se remettre en selle en rejoignant les rangs des hauts valaisans du HC Viège où il remporte le titre de champion suisse en 2014 dès son arrivée. Un titre qui couronne des années de travail dans le championnat suisse de ligue nationale B.

lan-vis-cperren-32(source:planetehockey.ch)

Son retour dans l’antre du Voyboeuf sous les couleurs valaisannes fut d’une grande émotion et comme le dit un dicton, la hâche de guerre est enterrée, du moins on l’espère.

(source:YouTube.com/Thierry Sommer)

Nouveau challenge en Irlande du Nord.

Après environ 10 ans dans notre pays, un nouveau challenge autant sportif que professionnel allait attendre James Desmarais. En effet, en 2015, ce dernier rejoint les Belfast Giants en Irlande du Nord afin d’effectuer, on ne le sait pas, peut-être ses derniers coups de patin comme joueur professionnel.

_87396867_desmarais(source:bbc.co.uk)

A noté l’anecdote concernant la visite de fidèles supporters ajoulots en terre irlandaise afin de prendre des nouvelles et d’encourager leur ancien idole. Une belle preuve d’amour tout droit venue des terres jurassiennes.

(source : photo Anthony Rondez)

On souhaite tout le meilleur au canadien pour son futur et au cas où il lirait ces lignes : « James tu seras toujours la bienvenue dans notre petit coin de la Suisse et on espère que tu passeras nous donner un petit bonjour prochainement ».

 

Laisser un commentaire